Categories: General
      Date: Aug  2, 2011
     Title: 30 Rangiroa


We finally stayed four days at Rangiroa and one in Tikehau.

Nous sommes finalement restés quatre jours à Rangiroa et un jour à Tikehau.

 



Chapter 1

We arrived well at the Tiputa pass, one of the two entrances to the atoll of Rangiroa, early dawn on Tuesday July 26th around 6am. When I entered the pass in the diminishing wind, I quickly realized the current was against. I was under mainsail alone, my speed was 5.7 knots, the speed on the ground was 0.7 ! There was a current of 5 knots against. I unfurled the genoa to gain a little more speed.

Once inside, the anchorage was to the right. There was a dozen boat there.

We dropped anchor in front of the hotel Kia Ora in eleven meters of water. The famous hotel (a competitor in my category in the Voiles de St Tropez bears the same name) is actually closed for renovation. The hotel is looking to upgrade from four star to a five star resort. The site was superb. The water was turquoise all around us! Bordering the entry to the pass, there is a quay, a small restaurant with a terrace above the water and some pensions nearby. We quickly befriended the people aboard ARGENTARIA, a Cigale 14, under Italian colors. The people were very nice and we ended up spending 4 days together.

That same day, we made a fascinating visit to a pearl farm. The next day, Wednesday, life on the small quay was bustling with activity. Every Wednesday a supply ship comes and all the restaurants and pensions of the area are there to pick up the stores they have ordered.

On Thursday, we wanted to move. We decided to go to the motu Otepipi. An atoll is in fact made of more than a hundred islets called motus. The one that was recommended was supposedly very nice. There was a semi-abandoned church on it. ARGENTARIA decided to come with us. We arrived by 4pm and in the evening we were invited on their ship. As Tatiana put it “we’re invited to the Italian restaurant.” We had an excellent pasta. We brought a bottle of champagne and the cocktail munchies. In the evening the wind increased but our anchorage was well protected.

The next day, Friday, we landed early to visit the area. Those who had given us the information had not lied. The site was superb and wild. There were coconut trees hanging over turquoise water just like on postcards. The church was 1.5 km from our anchorage. We walked along the beach made of pink sand.

We couldn’t stay long and made our goodbyes to our new Italian friends on the beach We had to leave in time in order to arrive for our Pearl hotel booking at Tikehau. During the preparation of our voyage, Marleen contacted some hotels to see if they might be interested in a report in the Elle Decoration. We went back on board and hoisted the anchor at 2pm. We arrived just before dark in front of the Kia Ora.

Chapter 2

Saturday morning we woke up at 6am to make the 45 miles to the atoll of Tikehau. We left Rangiroa through the Avatoru pass. Unfortunately, there was quite a bit of rain that day. We found the entrance to the sole pass into Tikehau, at the Northwest side of the island. Once inside, I took the channel to head for the village which was situated 8 miles further to the Southwest on the opposite coast. With the pouring rain, I could not risk going straight to the hotel which was situated two miles further to the East, because there are no detailed charts of the inside of this atoll. Luckily, as we were approaching the village, the sun appeared so we were able to head to the hotel. We skirted no less than 5 coral heads before reaching the hotel. We dropped the anchor in front of the reception in four meters of water. It was our eight and second to last maneuver under sail and it was perfectly executed. There’s nothing to say, perfect practice makes perfect. Every sailor should practice anchoring and leaving an anchorage under sail alone, one never knows when an engine can fail.

We were barely anchored at 3pm that it started raining again. It is slightly wet that we arrived at the reception. The hotel was superb and we had a nice bungalow above the water with a private pontoon. The women were happy to take a real shower! I must say it is more pleasant with hot water (on board, it’s the engine that heats the water). Around the bungalows it was like a huge aquarium! In 1m50 of water, one just needed to put a mask on to watch thousands of colored fishes swimming around coral patches. There were even some very small black tip sharks.

Sunday, we went diving and saw the huge manta rays in the middle of the lagoon. What a spectacle! They span 4 meters. Apparently, there are some even bigger ones!

We would have gladly stayed a second evening in Tikehau, the site was really pretty and dining was excellent, but I wanted to leave to have the motor finally fixed. I had managed with great stakes to book a mechanic for Tuesday morning to come on board to take off the injection pump. Furthermore, I arranged with Guy to have two stay profiles sent from Hambourg by airfreight to a local yard. Indeed the main stay is also tearing at the same spot as the inner stay. It is only holding on 30% of the original metal surface. I will certainly need at least one full day to take both stays off the mast, lay them on a dock, replace the pieces and put them back on again.

We left thus Sunday at 4pm to go to Tahiti. At the time of writing this news, it is night. We are navigating at a brisk pace with an Easterly wind of 20 knots. We should arrive in Papeete Monday afternoon.

Chapter 3

In the morning, the wind abated and it is a glorious sunny day. Beyond the day to day narrative of this voyage, I'd like to share with you the pleasure I have of navigating on the oceans. The sea is calm, there is a little breeze of 12 knots blowing gently and the ocean has that mesmerizing vivid blue color. In the morning, armed with a bucket of fresh water and a sponge, I took the salt off the chrome and varnish works on deck and cleaned the boat inside a bit. I have an intense satisfaction when I shave to look out the open porthole of my bathroom and watch the blue ocean flowing past. I am happy to see and feel my clean ship moving, alone, taking me to new destinations. It is for me a perfect metaphor of life, the boat is moving relentlessly, like a person through life and going on to ever-changing environments.

Land Ahoy!

At noon, while still 25 miles away, I see the island of Tahiti looming on the horizon. As I get closer, I can’t take my gaze off the huge island in front of me. I can feel the magic operating again. Ta-hi-ti, three syllables that ring like Pa-ra-dise. I hardly can believe it… the island ahead which I cannot stop watching is Tahiti! My own boat is in Tahiti! And to the right one can see already the island of Moorea. Who could have ever imagined that a couple of years ago…

Epilogue

When we neared the harbour at the North end of Tahiti, as could be expected, the island was shielding the wind from the East.  At the entrance of the channel there was barely 1 knot of wind! We still had 1 mile to go before reaching the boatyard. I put the Zodiac in the water, tied it firmly alongside the boat and put the outboard on. We were moving at 1.5 knots. I kept the sails on as the outboard was showing signs of fatigue.

You probably won’t believe me, but as I was arriving at the yard the transmission of the outboard stopped functioning! Luckily I was only a dozen meters away. I threw a shoreline to the owner of the yard who was kindly waiting for us and we pulled ourselves in.

We have thus finally arrived and are safely moored in Papeete. The super modern boatyard, Technimarine, opened this year and the Yanmar agent is right behind. By the end of the week, the boat will be ready to leave again.

Chapitre 1

Nous sommes donc bien arrivés à la passe de Tiputa, une des deux entrées de l’atoll de Rangiroa, juste au lever du jour le mardi 26 juillet vers 6h du matin. En entrant dans la passe, je me rends compte que le courant est sortant. J’étais sous grand’voile seule, vitesse 5.7 nœuds, vitesse sur le fond 0.7 ! Il y avait donc 5 nœuds de courant contre. Je déroulais le génois pour avoir plus de vitesse.

Une fois entré, le mouillage était juste à droite. Il y avait une douzaine de bateaux à l’ancre.

On s’ancra devant le hôtel Kia Ora par onze mètres de fond. Le  fameux hôtel (un concurrent dans ma classe aux Voiles de St Tropez porte le même nom) est en fait fermé en ce moment pour rénovation. L’hôtel voulant passer de quatre à cinq étoiles. Le site est superbe. Une eau turquoise tout autour de nous ! Bordant l’entrée de la passe, il y a un quai, un petit restaurant avec une terrasse au dessus de l’eau et quelques pensions proches.  On fit connaissance avec l’équipage d’ARGENTARIA, un Cigale 14 battant pavillon italien ancré à côté de nous. Des gens très attachants avec qui nous avons passés quatre jours ensemble.

Le même jour nous avons fait une visite fascinante d’une ferme perlière. Le lendemain, mercredi, la vie s’anime sur le petit quai. Un bateau de ravitaillement passe tout les mercredis et les restaurants et pensions du coin s’y retrouvent pour prendre livraison des fournitures qu’ils ont commandé.

Le lendemain, jeudi, nous avions envie de bouger. Nous décidâmes d’aller au motu Otepipi. Un atoll est constitué de plus d’une centaine d’ilots appelé motu. Celui qui nous avait été recommandé était particulièrement beau et il y avait une église semi abandonnée dessus. Le bateau italien, ARGENTARIA, décida de nous accompagner.  Nous arrivâmes vers 16h et le soir on était invité à leur bord, comme dit Tatiana, « au restaurant italien » pour une bonne pasta. Nous avons emmené le champagne et l’apéritif. Le vent se leva en soirée mais notre mouillage était bien protégé.

Le lendemain, vendredi, on débarqua de bonne heure pour visiter le coin. Ceux qui nous avaient renseigné ne nous avaient pas menti. Le site était superbe et sauvage à souhait. Il y avait des cocotiers penchés au dessus de l’eau turquoise comme sur les cartes postales. L’église était à 1,5 km de notre mouillage et nous avons marché sur la plage de sable rose pour y arriver.

Nous ne pouvions pas rester longtemps et avons fait nos adieux à nos nouveaux amis italiens sur place. En effet, nous devions repartir pour arriver à temps pour notre réservation à l’hôtel Pearl à Tikehau. En préparation de notre voyage, Marleen contacta quelques hôtels pour voir s’ils étaient intéressés par un reportage dans le Elle Décoration. On retourna au bateau et on leva l’ancre à 14h. Nous sommes arrivés juste avant que le soir ne tombe devant le Kia Ora.

Chapitre 2

Samedi matin, on se leva donc de bonne heure pour faire les 45 milles vers Tikehau. On quitta Rangiroa par l’autre passe, celle d’Avatoru. Malheureusement, il y avait assez bien de pluie ce jour là. On trouva l’entrée de l’unique passe de Tikehau située au Nord-ouest de l’île. Une fois entré, j’empruntais le chenal pour aller au village à huit milles sur la rive opposée, au Sud-ouest. Avec la pluie battante, je ne pouvais me risquer de prendre la ligne droite vers l’hôtel qui se trouvait deux milles plus à l’Est du village car il n’y a pas de cartes détaillées de cette zone. Par chance, en approchant du village, le soleil fit son apparition et nous pûmes aller vers l’hôtel, il n’y avait pas moins de cinq patates de corail qu’il fallu éviter sur la petite distance qui nous sépara de l’hôtel. Nous avons jeté l’ancre devant l’hôtel par quatre mètre de fond. C’était notre huitième et avant dernière manœuvre à la voile et elle fut parfaitement exécutée. Il n’y rien à dire, ce n’est qu’à force d’entrainement qu’on peut s’améliorer. Tout marin devrait s’entrainer à ancrer et quitter un mouillage à l’aide des voiles uniquement. On ne sait jamais quand un moteur peut tomber en panne.

A peine ancré, à 15h, la pluie recommença. C’est légèrement mouillé que nous arrivâmes à la réception. L’hôtel est superbe et nous avons eu un beau bungalow sur l’eau avec ponton privé. Les femmes étaient contentes d’avoir une vraie douche ! Il faut dire qu’avec de l’eau chaude c’est plus agréable (à bord, c’est le moteur qui chauffe l’eau). Autour des bungalows sur pilotis, c’était comme un immense aquarium ! Dans 1m50 d’eau, il suffisait de mettre un masque et un tuba et mettre sa tête sous l’eau pour voir des milliers de poissons colorés nageant autour de blocs de corail. Il y avait même des  tout petits requins à pointe noire.

Dimanche nous avons fait une plongée et avons vu les immenses raies manta au milieu du lagon. Quel spectacle ! Leur envergure faisait 4m. A ce qu’il paraît, il existe des plus grandes encore!

Nous serions bien resté une deuxième soirée à Tikehau tant le site était beau et la table agréable, mais, je voulais repartir pour faire arranger le moteur. J’ai réussi à grand peine d’avoir un rendez vous mardi matin à Tahiti pour qu’un mécanicien vienne démonter la pompe d’injection. D’autre part j’ai fait envoyer par fret aérien de Hambourg deux profils d’étai à un chantier naval sur place. En effet l’étai principal est lui aussi en train de se déchirer au même endroit que l’autre. Il ne tient plus que sur 30% du métal! Il me faudra certainement au moins un jour pour démonter les deux étais, les poser sur le quai, et les remonter à poste.

Nous sommes donc repartis dimanche à 16h pour aller vers Tahiti. Au moment où je rédige ces lignes il fait nuit. Nous sommes en train de naviguer avec un bon vent d’Est de 20 nœuds. Nous arriverons à Papeete lundi après-midi.

Chapitre 3

Au matin, le vent diminua et une superbe journée ensoleillée commençait.  Au delà du récit au jour le jour de ce voyage, j’aimerais ajouter quelques mots pour vous faire comprendre et peut être partager le plaisir que j’ai de naviguer sur les océans. La mer est calme, il y a une petite brise de 12 nœuds et l’océan a de nouveau cette couleur bleu intense si particulière. Le matin, un seau d’eau douce et une éponge en main, j’enlevai le sel accumulé pendant la nuit sur les chromes et les vernis à l’extérieur et ensuite nettoyai un peu l’intérieur. J’ai un réel plaisir pendant que je me rase de regarder à travers le hublot ouvert de ma salle de bains, l’océan bleu qui défile devant mes yeux. Je suis heureux de voir et sentir que mon navire est propre et avance seul, m’emportant vers de nouvelles destinations. C’est pour moi une parfaite métaphore de la vie, le bateau avance inlassablement comme une personne avance à travers la vie, vers un environnement toujours en renouvellement.

Terre!...

A midi, alors que nous sommes encore à une distance de 25 milles, je vois  l’île de Tahiti surgir de l’horizon. Au fur et à mesure qu’on se rapproche, je ne peux enlever mon regard de l’énorme île devant moi. Je sens de nouveau la magie qui opère. Ta-hi-ti, trois syllabes qui sonnent comme Pa-ra-dis. Je n’arrive presque pas y croire… l’île devant moi, que je ne peux pas m’empêcher de regarder, est Tahiti. Mon propre bateau est à Tahiti! Et sur la droite on peut voir déjà l’île de Moorea. Qui aurait pu l’imaginer il y a quelques années de cela…

Epilogue

En arrivant près du port de Papeete au Nord de Tahiti, comme je pouvais m’y attendre, l’île occultait complètement le vent d’Est.  A l’entrée du chenal, il y avait à peine un nœud de vent.  Il restait encore un mille à faire pour arriver au chantier. J’ai mis le Zodiac à l’eau, l’ait amarré fermement le long du bateau et mis le hors bord. On pouvait avancer à 1.5 nœud.  Cependant, je gardais les voiles car le hors-bord donnait lui aussi des signes de fatigue.

Vous n’allez pas me croire mais en arrivant au chantier la transmission du hors-bord ne fonctionnait plus ! Heureusement nous n’étions plus qu’à une douzaine de mètres. On lança une amarre au propriétaire du chantier qui nous attendait et on se hâla à l’intérieur de la darse.

Nous sommes donc bien arrivé et amarré à Papeete. Le chantier hyper moderne, Technimarine, a été ouvert cette année et l’agent Yanmar est juste à côté. En fin de semaine, le bateau sera fin prêt pour repartir.